h1

Ingénieur ou ingénieure ?

février 7, 2007

La loi sur la féminisation des noms étant passée il y a pas mal de temps (fin des années 80 puis repris fin des années 90), je ne m’y étais pourtant jamais vraiment interessée… jusqu’à maintenant.
En effet, toute la « paprasserie » que nécessite la préparation de dossiers de candidature à des grandes écoles m’a obligée à me poser une question simple : quel est mon (futur) titre ? Suis-je ingénieur ou ingénieure ?

C’est une question qui peut paraître stupide, mais je demande quand même l’opinion de la première personne qui passe à coté de moi, mon père : « Tu es ingénieur, ça n’existe pas ingénieurE ». Hum, merci papa, mais je crois que tu as loupé une loi (qui je l’admets ne te concerne pas mais c’est comme l’accord du participe passé avec le verbe « avoir » : les mecs l’oublient tout le temps :p **).

Rapide passage sur internet (ce n’est peut-être pas une référence de la langue française mais ça aide bien) et… Oh surprise… on écrit bien une ingénieurE (comme quoi il faut toujours suivre son instinct :D). J’écris donc mes lettres de motivations en « traduisant » les expressions au féminin. Et pourtant…

Et pourtant… est-ce qu’on est pas allé trop loin ?
Tout d’abord, le fait de traduire les noms de métiers au féminin rend mes phrases compliquées à comprendre, j’ai parfois même l’impression de trop insister la dessus et ça me dérange.
Ensuite, la langue française a un peu perdu : lorsque l’on parlait d’une pharmacienne, on désignait la femme du pharmacien (c’est lui qui avait le diplome, elle était « juste » mariée à lui). (Comment ça je chipotte ? :p)
Enfin, je suis désolée mais « une auteure » tout comme « autrice » ou « écrivaine » sont des mots dont l’orthographe me choque énormément. Pourquoi ne peut-on pas dire « une auteur » tout simplement?

Enfin bon, n’est-ce pas plutôt une avancée pour des femmes qui se sentent menacées. J’ai toujours grandi en me disant que je valais aussi bien (voire mieux ?) qu’un mec alors c’est vrai que l’utilité de cette loi ne s’impose pas de suite à moi.
De toute manière, c’est une règle de la langue française qui ne sera que peu appliquée (après tout, est-ce que tous les allemands se sont mis à la réforme de l’orthographe avec leur « ss » et « β » ?) et puis on l’appliquera comme on veut. Mais quand même, je trouve dommage d’écorcher certains mots (la « bravitude » en est un autre exemple, mais ce n’est pas le propos de ce post).

Il est vrai que « ingénieure » (contrairement à « auteure ») ne me choque pas du tout… Ce n’est donc peut-être qu’une habitude à prendre.
Au final, je suis fière d’être ingénieur, ingénieure ? Oh et puis peut-être tout simplement ingénieuse… ^^

** Pour ceux qui voient même pas de quoi je parle, voici la règle : en français, superbe langue bien compliquée, le participe passé ne s’accorde pas avec le sujet lorqu’il est utilisé avec l’auxilliaire « Avoir ». Par contre, il s’accordera en genre et en nombre avec le COD si celui-ci est placé avant l’auxilliaire. (Ex : Le voisin m’a emmenée si Moi est une demoiselle.)

16 commentaires

  1. Article super intéressant. Enfin j’ai une réponse à quelques questions que j’avais ! Merci🙂


  2. Je me posais la question à l’instant et je suis tombé très vite sur votre blog.
    C’est un article très bien écrit, facile à lire et qui m’apporte la réponse à ma question.
    Bref, merci !


  3. Merci


  4. Je confirme tout ca, j’ai vu une fille écrire « ingénieure »: je me suis dit quelle est cette blague, ya pas de « e », elle sait pas écrire et elle veut me faire croire que ….
    D’un point de vue esthétique, et choquant, c’est pas trop déstabilisant je trouve, c’est juste une habitude.
    Pour une auteure par contre ca fait carrément tâche.
    Bonne continuation ingénue ingénieure ingénieuse🙂


  5. 5 ans plus tard d’autres ingénieure se posent encore la question et tombe sur votre blogue très ingénieusement rédigé. Merci pour votre post que j’ai eu grand plaisir à lire. Et je confirme, nos compatriotes masculins ignorent tout de la règle du COD ( et je ne vous parle même pas du COI…)


    • Chère Ju,

      Tout comme vous, j’ai apprécié le post que j’ai trouvé bien écrit, le tout avec une pointe d’humour.
      C’est donc avec ce même humour que je m’en vais vous faire remarquer que, si les hommes « ignares » que nous sommes ne savent pas accorder le COD en genre, la femme ingénieuse que vous êtes ne sait visiblement pas que le mot Ingénieure peut s’accorder en nombre…
      Et toc ! Non mais… ;o)

      Et puisque nous parlons de règles grammaticales, quand un sujet accompli plusieurs actions, on peut accorder tous les verbes décrivant cette action avec le sujet.
      Exemple : Les hommes le « savent », eux qui ne « connaissent  » pas grand chose…
      Ces 2 verbes sont accordés au sujet qui est pluriel (les hommes)
      Il en va de même pour les « autres Ingénieures qui se posent des questions et tombent sur le blog »

      Ah oui, blog ne s’écrit pas au féminin. C’est un Anglicisme et il n’y a pas de « e » à la fin.
      Il ya déjà des blogueuses (dont vous êtes), mais il faudra attendre encore un peu pour « la blogue » ce qui, vous en conviendrez passerait pour une douce blague…
      Pour l’instant, c’est donc bel et bien une faute. Désolé !

      Encore merci donc pour le blog d’origine qui est très instructif et a répondu à mes interrogations (lui… Rires!)

      Bien amicalement,
      Arthur


  6. 🙂 Merci, Arthur.
    Camille, ingénieur sous peu


  7. Bof je ne suis toujours pas convaincu que ça existe, pas selon mon dico en tous cas
    http://www.cnrtl.fr/lexicographie/ing%C3%A9nieure

    « Rapide passage sur internet (ce n’est peut-être pas une référence de la langue française mais ça aide bien) et… Oh surprise… on écrit bien une ingénieurE »

    Assez contradictoire d’admettre que internet n’est pas une référence en manière d’orthographe et pourtant écrire tout un billet sur la bonne graphie de ce mot au féminin en affirmant sans source potable que ça existe.


  8. Bonjour,
    Votre article est malheureusement fautif; ingénieure n’existe pas. La loi à laquelle vous faites référence n’a aucune valeur, le ministre qui l’a signée n’ayant aucune autorité (et surtout aucune compétence!) en matière de langue. L’académie condamne fermement ce type de féminin, rappelant que la notion de genre grammaticale n’est pas la même chose que celle de sexe d’une personne : « En français, la marque du féminin ne sert qu’accessoirement à rendre la distinction entre mâle et femelle… seul le genre masculin, qui est le genre non marqué (il a en effet la capacité de représenter les éléments relevant de l’un et de l’autre genre), peut traduire la nature indifférenciée des titres, grades, dignités et fonctions. »
    L’académie précise que ce genre de néologisme relève du « barbarisme ».
    Cordialement.
    PL
    CF : http://www.academie-francaise.fr/actualites/feminisation-des-noms-de-metiers-fonctions-grades-et-titres


    • En 2015, la question reste entière, entre les grandes références de dictionnaires qui admettent « ingénieure » et l’académie française qui crie au néologisme… Pour mon cas, je me posais la question pour le titre de mon CV. Libre à moi de choisir mon entrée : « ingénieure » me parait ultra féministe (image que je ne veux pas donner), « ingénieur » me renvoie une faute d’accord assez choquante, surtout située juste sous ma photo… Problème sans solution, même si au final, les DRH n’y feront surement absolument pas attention…


    • « le genre masculin, qui est le genre non marqué (il a en effet la capacité de représenter les éléments relevant de l’un et de l’autre genre) » : qui l’a décidé ? quelle est la proportion d’hommes à l’Académie française qui ont ainsi confortablement conforté et reconduit ces préjugés sans les questionner ? L’autorité arbitraire ne doit pas imposer pas le respect, comme le savent les libres penseuses.


  9. Dans le dictionnaire Le Robert 2014 il y a au féminin ingénieur, ingénieure


  10. Sachant que les nom féminin en « eur » ne prennent pas de « e » (chaleur, couleur, douleur,…) à part « heure » et  » demeure », quel est l’intéret d’affubler ingénieur d’un « e » aussi inutile que ridicule?


  11. Ingénieur ou Ingénieure ? contre la féminisation de ce métier


  12. C’est tout le histoire de le langue Français


  13. Ce qui n’est pas nommé n’existe pas. Féminisons les noms de métier ! N’acceptons plus les dogmes du patriarcat. Arrêtons de répéter ce que les hommes disent. Comme si notre voix ne valait rien… Si les sonorités ou l’orthographe choquent, c’est uniquement parce que nous n’en avons pas – encore – l’habitude. En espagnol tous les masculins ont leur féminin. Existons par nous-mêmes.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :